Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales (1848-1852)
Peter Mc Phee

 

Après la Révolution française, les années de la Seconde République (1848-1851) furent une période de mobilisation politique rurale de masse et constituèrent un tournant dans l'histoire de la France. Avec la libération, en février 1848, de la vie politique, une grande proportion de la population des Pyrénées-Orientales fit siennes les idées de la « République démocratique et sociale ». Il en résulta des affrontements répétés entre des femmes et des hommes - les « rouges » ou « démoc-socs » - qui renforçaient leur engagement à la belle ou la bonne République d'une part, et une administration répressive de l'autre. Sans oublier des accrochages sporadiques avec les « blancs », adversaires légitimistes traditionnels, lors des jours fériés et des fêtes du Carnaval. Le point culminant de cet engagement politique et sa dernière expression de masse, fut la résistance au coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851. Jusqu'à dix mille personnes prirent les armes. Elles le payèrent cher ! La Seconde République était morte, mais l'engagement « rouge » de cette période allait marquer la vie politique locale jusque dans les années 1980, accélérant en même temps la francisation du Roussillon et la transformation de sa culture politique.

 

L'auteur

Peter McPhee est né à Melbourne (Australie) en 1948. Il exerce à l'université de Melbourne où il est titulaire d'une chaire d'histoire. Spécialiste de l'histoire de la France contemporaine, il est l'auteur de plusieurs études politiques et sociales sur les Pyrénées-Orientales de 1700 à 1914. Il a notamment publié en 1989 Collioure et la Révolution française, 1789-1815.
Ce qu'en a dit la presse

«Les Semailles de la République apportent donc une pierre supplémentaire bienvenue à la connaissance de la vie politique en France à l'époque de la Seconde République. Par les instruments utilisés, par le questionnement de l'archive, par la volonté de faire jouer des approches multiples et complémentaires permettant d'expliquer le comportement politique des Catalans entre 1845 et 1852, Peter McPhee entreprend de fait une histoire globale des Pyrénées-Orientales».
(Jean-Claude Caron, Revue d'Histoire du XIXe siècle)

«Historien du social, Peter McPhee excelle à décrire les comportements et les mentalités populaires. Avec pertinence il rompt des lances contre ceux qui ne voient dans ces manifestations du dynamisme populaire que des signes d'archaïsme politique [...] Ce livre rigoureux qui satisfera l'historien le plus exigeant est en même temps très agréable à lire car c'est une mine riche de documents savoureux et parfois peu connus sur les mentalités populaires en Roussillon au milieu du XIXe siècle».
(Raymond Huard, L'Indépendant)

ISBN 2-908866-04-8, 1995, 509 pages, 27 €